recevez 3 devis isolation

Recevez jusqu'à 3 devis comparatifs pour vos travaux d'isolation. Gratuit et sans engagement.

Exemples de projets : isolation thermique des combles, toiture, murs, fenêtres, isolation par l'extérieur, bilan thermique de votre logement, etc...

Choisissez votre département :

Carte des departements

Devis isolation

Comment ça marche ?

Devis isolation gratuit Devis isolation toiture

L’isolation thermique d’une maison

L’isolation thermique d’une maison est très importante : en effet, vous aurez beau investir dans le plus performant des systèmes de chauffage, si votre habitation laisse s’échapper l’air chaud, ou fait entrer l’air froid, vos efforts ne serviront à rien. C’est pourquoi il est primordial de connaître les parties à isoler en priorité, et surtout les isolants les plus efficaces. Mais cet article vous renseignera également sur la législation et les réglementations thermiques, sur les économies réalisables grâce à une bonne isolation thermique, ainsi que le coût à prévoir pour de tels travaux (sans oublier les crédits d’impôts dont vous pouvez bénéficier).

isolatant laine de verre

La réglementation

Si l’isolation thermique d’une maison est une nécessité pour le confort de vie comme pour la maîtrise du budget chauffage, il faut savoir que c’est aussi une obligation légale. En effet, depuis respectivement novembre 2006 et juillet 2007, un diagnostic de performance énergétique est obligatoire pour toute vente ou location d’un bien immobilier. Ce diagnostic, qui détermine la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre d’un bien, permet de donner une idée aux futurs propriétaires et locataires de l’impact de leur futur logement sur leur budget et sur l’environnement. De plus, la réglementation thermique du Grenelle de l’Environnement de 2012 (ou RT 2012) encadre depuis janvier 2013 la construction de nouvelles résidences. Cette réglementation favorise le développement de bâtiments à faible consommation énergétique, et pour ce, impose certaines restrictions quant à cette consommation. Pour ne pas dépasser le taux prévu (qui est de 50kWh/m²/an), il est donc nécessaire d’utiliser des matériaux performants, ou d’investir dans des appareils liés au développement durable, comme le solaire ou les pompes à chaleur. Enfin, la RT 2012 fixe des taux à respecter pour l’isolation de la maison : les déperditions de chaleur doivent être de l’ordre de 10% pour les murs et les fenêtres, et de 20% pour les ponts thermiques (c'est-à-dire les zones de jonction entre les planchers de la maison et les murs extérieurs).

Les parties à isoler

Pour réaliser une bonne isolation thermique, il est important de d’abord connaître les différentes zones de la maison qui présentent le plus de risques de laisser s’échapper la chaleur, ou de laisser entrer le froid. Ces zones sont au nombre de quatre : la toiture, les murs, les fenêtres, et enfin le sol. Selon les chiffres de l’ADEME (Agence De l’Environnement et la Maîtrise de l’Énergie), ce sont surtout les combles et la toiture dont il faut s’occuper en priorité, puisqu’ils représentent près de 30% des déperditions de chaleur. En effet, l’air chaud, par nature, remonte, et sans une bonne isolation du toit, celui-ci s’échappe directement hors de l’habitation. Viennent ensuite les murs, qui jouent à 25% dans les déperditions de chaleur. Il est important de surtout s’occuper de l’isolation des murs exposés au nord, car moins ensoleillés, et des murs exposés à l’ouest, car plus exposés aux pluies et donc à l’humidité. Les fenêtres, responsables quant à elle de 10 à 15% des déperditions, doivent aussi être choisies et installées avec précaution. Si les doubles vitrages sont évidemment conseillés, il faut également vérifier l'état des joints, qui sont bien souvent le point faible des fenêtres. Et enfin, les sols (7 à 10% des déperditions) ne doivent pas non plus être oubliés, surtout quand l’habitation possède une cave, puisqu'une mauvaise isolation peut facilement faire remonter de l’air froid.

Les isolants

Maintenant que les zones de la maison nécessitant une bonne isolation ont été déterminées, il faut s’intéresser aux isolants. Seulement, les isolants les plus performants ne sont pas les mêmes pour toutes les zones. Tout d’abord, concernant les combles et les toitures, il faut distinguer les habitations dotées de combles non-aménageables, et celles possédant des combles aménagés. Pour les premières, une ou deux couches d’isolant de type laine minérale (laine de verre, de roche, etc.) ou de type panneau synthétique (en polystyrène, par exemple) posés sur le plancher feront l’affaire. Pour les secondes, les mêmes isolants sont tout aussi adaptés, mais ils devront cette fois être posés sous la toiture (une isolation par l’extérieur est également possible). Ensuite, pour les murs, choisir un matériau isolant lors de la construction permet de limiter les travaux d’isolation intérieure (on parle ici de l’utilisation de béton cellulaire, de briques monomur, ou de l’installation d’une ossature en bois, naturellement très isolante). En ce qui concerne les fenêtres et les espaces vitrés, aucun isolant n’est vraiment conseillé. Il est surtout important de choisir des fenêtres de qualité, et pourquoi pas de les calfeutrer vous-même et simplement avec des joints (en mousse, en silicone, ou avec des joints métalliques), qui aideront à limiter les déperditions. Enfin, pour les sols, il faut savoir qu’une moquette, ou un parquet, constituent déjà rien qu’à eux de très bons isolants.

Les économies réalisables et les bénéfices de l’isolation

Une maison possédant une bonne isolation thermique permet forcément de vivre mieux, que ce soit pour le confort quotidien comme pour les dépenses en énergie. Il faut savoir qu’en moyenne, plus de 60% de votre consommation énergétique est due au chauffage. Isoler correctement sa maison, c’est donc faire diminuer ce pourcentage, et par la même occasion faire baisser ses factures. Une fois réalisés, les travaux d’isolation ne nécessitent pas d’entretien particulier, et permettent à la maison de réduire ses besoins en énergie pendant de nombreuses années. L’investissement initial est d’ailleurs très vite contrebalancé par des factures de chauffage en très nette diminution. Mais outre l’aspect financier, c’est aussi le confort de vie qui est amélioré par une bonne isolation thermique. Cela permet l’hiver de chauffer sa maison à 19°C sans provoquer de sensations désagréables lorsqu’on s’approche des fenêtres ou des murs beaucoup plus froids, et permet l’été de vivre agréablement dans sa maison sans suffoquer sous les combles. Enfin, isoler sa maison rentre aussi dans une démarche écologique de lutte contre le réchauffement climatique, puisque cela limite les émissions de CO2, dits « gaz à effet de serre ».

Les prix et les crédits d’impôt

Si l’isolation thermique d’une maison peut sembler coûteuse, il est bon de savoir qu’il existe plusieurs crédits d’impôt qui aident à financer les travaux, et qui les rendent de fait encore plus rentables. Pour une isolation thermique des combles et des murs, c’est un crédit d’impôt de 15% qui est proposé, avec un taux pouvant grimper jusqu’à 23% si les travaux regroupent aussi d’autres améliorations énergétiques de l’habitation (il couvre à la fois l’achat des matériaux et la main d’œuvre). Pour le changement des fenêtres, c’est cette fois un crédit d’impôt de 18% qui est disponible, mais il ne concerne que l’achat des matériaux et pas la main d’œuvre. Ces crédits d’impôt sont cependant soumis à certaines restrictions : les travaux doivent être effectués par des professionnels, et les tarifs doivent se limiter à 150€/m² pour les combles et les murs, et 100€/m² pour les fenêtres. Mais pour les travaux de plus grande ampleur, il existe également un éco-prêt à taux zéro, qui permet aux propriétaires désirant réaliser des travaux de rénovation thermique dans leur habitation d’emprunter jusqu’à 30 000€. Il faut pour cela s’adresser à une des banques partenaire de l’État et signataire de la convention.

Un service proposé par Devibat.com